mercredi 11 août 2010

Dur, dur d’être FAI … ou internaute?!

Copyright © Frederic Guimont
Les Fournisseurs d’Accès Internet (FAI) viennent encore de voir leurs obligations augmenter. 

Après l’obligation de détenir et de conserver les données d’identification de leurs abonnés, celle de les communiquer à des agents assermentés, celle d’envoyer des emails de recommandation informant leurs abonnés de l’existence de moyens pour sécuriser leur connexion, ils ont maintenant l’obligation de bloquer l’accès à des sites de jeux en ligne illégaux. 

Il en va en réalité de la crédibilité du récent dispositif de régulation des jeux et paris en ligne, et surtout de l’Autorité de Régulation des Jeux en Ligne (ARJEL). L’Autorité a trouvé là un moyen de contrainte et de contrôle des sites illégaux par le biais des FAI, plus proches et plus dociles que les éditeurs ou hébergeurs de sites situés à l'étranger.

Les FAI français ne sont cependant pas convaincus de l’efficacité de ces mesures de blocage: Filtrage du site, blocage du nom de domaine, de l’adresse IP, de l’URL, analyse des messages, tous les moyens ne sont, semble-t-il, pas bons. Techniquement peu fiables, aisément contournables, les mesures de blocage sont aussi jugées trop coûteuses, car même si une indemnisation des surcoûts est prévue par la Loi son décret d’application n’a toujours pas été publié. 

Qu’importe, le Tribunal de Grande Instance de Paris en référé, le 6 Août dernier n’en a eu cure, succombant aux arguments de l’ARJEL. Sept FAI, censeurs malgré eux, devront ainsi mettre en œuvre cette nouvelle obligation de résultat sur le site StanJames.com dans un délai de 2 mois sous astreinte de 10.000€ par jour de retard. 

Dur, dur d’être FAI ?! N’est-ce pas plutôt dur dur d’être internaute ? Car à y regarder de plus près, n’est-ce pas notre espace de libertés qui se trouve peu à peu rogné par des personnes privées aux moyens de plus en plus intrusifs, avec qui plus est la bénédiction des autorités publiques? Alors abonnés, internautes, qu'en pensez-vous?

0 commentaires:

Publier un commentaire