samedi 22 mai 2010

Traces sur le net

Près de 84% des internautes ont une « signature numérique » lorsqu’ils naviguent sur le web. Une sorte d’empreinte digitale permettant de les identifier et ce, quelque soit leur navigateur. 

C’est le résultat de la consultation Panopticlick de l’Electronic Frontier Foundation (EFF), association spécialisée dans la préservation des données personnelles. 

Cette trace est principalement due aux cookies, ces fichiers collectés par le navigateur lui-même et qui combinés à l’adresse IP et à la configuration du poste utilisé permettent d’identifier les usagers, d’en connaître les habitudes, d’en dresser un portrait. 

Ces informations à découvert sont susceptibles d’être collectées et utilisées dans un but commercial par des sociétés spécialisées. 

Il existe néanmoins des moyens de se prémunir contre ce traçage intempestif et souterrain, comme désactiver les éventuels cookies mais cette mesure ne saurait suffire. 

Si l’EFF tend à promouvoir des programmes tels que Tor qui anonymisent la navigation sur la toile, elle lance avant tout un appel aux navigateurs et aux acteurs de l'Internet, leur rappelant qu’ils doivent protéger leurs utilisateurs contre cette immixtion grandissante.En feront-ils cas? Y ont-ils intérêt?

Rien n'est moins sûr. L'impulsion pourrait cependant venir des Etats eux-mêmes.

Ainsi le Commissaire fédéral en charge de la liberté de l'information en Allemagne vient de demander une "enquête approfondie" sur les pratiques de Google. Le leader de la recherche en ligne archive en effet régulièrement des pans entiers du web, dont des informations de navigation des internautes, officiellement pour assurer le bon fonctionnement de son moteur de recherche.Une habitude inquiétante, non?

0 commentaires:

Publier un commentaire