mercredi 28 avril 2010

Pour un livre numérique créateur de valeurs

Tel est l'intitulé du rapport remis au Premier Ministre, le 15 avril dernier, par Christine Albanel concernant le livre numérique. 

Dans la droite ligne des rapports sur la «Création et Internet » (post du 9/01/2010) et sur « la Numérisation du patrimoine écrit » (post du 17/01/2010), ce nouveau document se montre favorable à cette évolution technique tout en préconisant une intervention de la puissance publique dans son développement.



Le livre numérique est en effet un enjeu économique et culturel qui ne doit pas se développer au détriment des droits d’auteur.  Si le marché est encore balbutiant, représentant 0,1% des 5 milliards de chiffre d'affaire des ventes de livres réalisées en France en 2008, la croissance du secteur est chaque année plus forte et promise à un avenir radieux.

Ainsi l'ancienne Ministre de la Culture entend en priorité définir un cadre légal et fiscal au livre numérique tout en lui appliquant paradoxalement le régime du livre papier à savoir un prix unique et une TVA réduite à 5,5%. 

Le déploiement du livre électronique ne doit cependant pas être l’apanage des grandes maisons d’édition, d’où l’importance pour Christine Albanel d’associer tous les acteurs du livre notamment les petits éditeurs et les libraires en mettant à leur disposition des portails communs, des aides au financement et à la numérisation ainsi qu'un accompagnement dans la création de catalogues numériques.

Elle met ainsi un point d'honneur à créer un outil partagé entre acteurs publics et privé qui soit la vitrine de l'offre numérique française afin de l'unifier et de lui donner les moyens de son développement.

Le rapport insiste par ailleurs sur l’importance d’une politique nationale et européenne commune du livre pour protéger le patrimoine européen et sur le besoin de normalisation de l’offre d’exploitation pour une meilleure protection des droits de propriété intellectuelle. 

Mme Albanel sera-t-elle entendue et suivie par le Premier Ministre? Affaire à suivre.

0 commentaires:

Publier un commentaire