mercredi 1 septembre 2010

Facebook: troublant trou noir?

Spiral Mathmap
(cc) Neuwit Dilmen - Wikicommons
Depuis le 30 août dernier, tout message publié sur votre compte MySpace peut être disponible sur votre Facebook. De quoi permettre un partage plus grands des informations sur les réseaux sociaux et faciliter l’interaction entre leurs utilisateurs. 

Cette synchronisation de réseaux sociaux montre néanmoins l’attraction de plus en plus forte de Facebook sur ses concurrents. MySpace ne référence en effet que 122 millions d’utilisateurs, 4 fois moins que Facebook qui compte, pour le moment, 500 millions de membres. 

Mais cette attraction des réseaux sociaux pourrait-elle aller jusqu’à leur fusion ou plutôt leur phagocytage par Facebook? Facebook va-t-il absorber tout le web tel un trou noir? 

Le réseau numéro 1 sur la toile prend en effet une place de plus en plus importante, avec une fréquentation et des inscriptions en constante progression commençant même à concurrencer Google qu’il pourrait dépasser à l’horizon 2013. 


Il a déjà commencé à amoindrir la fréquentation des sites officiels de grandes enseignes telles Coca-Cola ou Starbucks.

Le leader des réseaux sociaux tente par ailleurs de faire place nette dans son propre secteur même pour des communautés extrêmement réduites. 

Ainsi, il n’a pas hésité à déposer plainte pour contrefaçon, dilution de marque et concurrence déloyale contre Teachbook, un site communautaire de professeurs américains dénommé qui regroupe 20 membres (!) et tend à développer l’échange de contenus pédagogiques. 

Selon Facebook, le mot « Teachbook » est de par son apparence, sa sonorité, son sens et son domaine, similaire à la marque Facebook. Il semble difficile néanmoins que cette procédure parvienne à ses fins sur le fondement de la contrefaçon: le mot « book » issu du langage commun ne semble pas pouvoir être monopolisé à lui seul. Par contre, sur le terrain de la dilution ou de la concurrence déloyale, il n’est pas sûr que Teachbook s’en sorte indemne. 

Mais, l’opposition au monopole Facebookien s’organise : les alternatives fleurissent aux quatre coins de la toile, notamment pour protéger les données personnelles. Ainsi Diaspora devrait voir le jour d’ici le 15 Septembre et être disponible en version bêta début Octobre, ou encore Google Me, le réseau du moteur de recherche Google qui ne veut pas voir décliner son influence sur le web.

Facebook focalise les critiques notamment en Allemagne où le site n'a pas la cote:  une proposition de loi voudrait interdire aux recruteurs de consulter les profils Facebook des candidats, ne leur seraient permis que les réseaux professionnels de type LinkedIn. Une limitation qui pourrait bien entraver le développement de Facebook outre-rhin alors même qu'il a certaines difficultés à s'implanter face à StudiVZ, un réseau national qui réunit 16 millions d'inscrits quand Facebook plafonne à 10.

Alors Facebook, trou noir en devenir ou étoile en sursis ? Qu’en pensez-vous ?

0 commentaires:

Publier un commentaire